'Si quelqu’un me traite de nègre, la première fois, c’est sa faute. S’il a l’occasion de le refaire, c’est la mienne.'   Nelly Larsen

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



10106556

Hubert Klimko




- 2 -



Hubert KLIMKO
Les toutes premières choses
Belfond
122  pages
15  euros

05-07-2011

 

    Nous retrouvons avec bonheur la fantaisie de Hubert Klimko et la folie de ses personnages, du loufoque joyeux qui surprend le lecteur chapitre après chapitre. Son prétexte est cette fois de nous « …raconter la vérité, rien que la vérité, toute la vérité. Vous ne me croyez pas ? Demandez à mon psychiatre ! » autour de sa courte autobiographie puisque l’auteur n’a que 42 ans, ce qui n’exclut pas sa richesse : trois versions pour sa naissance, deux divorces, quatre années de philosophie, l’amour, des voyages ou émigration, divers métiers… Expériences qui le conduisent, après une prédiction de son avenir dans des foies de volailles, à l’entreprise ultime, l’écriture. Pourtant, même écrire et publier, pour Hubert, provoquent des évènements singuliers ou surprenants ! Autobiographie délirante et déjantée d'un jeune auteur polonais mais peut-être avant tout européen.

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Véronique Patte

 


- 1 -



Hubert KLIMKO
Berceuse pour un pendu
Belfond
124  pages
16  euros

01-09-2010

 

    Berceuse pour un pendu, un livre contrasté, inattendu et attachant : Hubert Klimko est un écrivain polonais, l’action se déroule en Islande ; le climat est rugueux alors que l’ambiance est exotique ; le quotidien des personnages est ardu pourtant sa narration est souvent drôle et jubilatoire ; les moments de bonheur et de sérénité chassent les instants pénibles ; le récit est succinct, le contenu est dense. Cette berceuse chante le voyage initiatique de trois hommes en Islande, trois immigrés des pays de l’Est en marge et unis dans leur différence. Le narrateur voulait apprendre le violoncelle, Boro le Croate joue de l’harmonica et Szymon le Polonais joue du violon, ces trois hommes ayant conservé une part enfantine vont élaborer une berceuse à trois voix, parfois douce, parfois violente, parfois joyeuse, parfois triste en tous les cas toujours vivante. Unis par une amitié profonde (« Mon amitié avec Szymon, c’était comme une danse des lucioles… »), ils parcourent l’île, s’entraident, vivent, se retrouvent autour de la musique, une connivence aboutie les unit au fur et à mesure de leurs aventures. Elles flirtent constamment avec la folie (« Parfois je me demande si la fréquentation de fous ne m’a pas permis de rester normal ») sans jamais abandonner la poésie qui les accompagne. Un superbe portrait de trois gentils fous malicieux incapables de vivre une vie « classique » mais doués pour l’amitié. Un livre à lire et relire !

Thème(s) : Littérature étrangère
Traduction : Véronique Patte

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture