'Toute la vérité, on n’en sait rien, on peut seulement en donner des petits bouts, des bribes. Pas toute. Elle va donc mettre des souvenirs vrais sur les faux jusqu’à ce que les faux en crèvent ! Mais les vrais sont-ils vraiment vrais ? Et les faux sont-ils vraiment tout à fait falsifiés ? Qui peut dire ce qu’on est, juste avec sa mémoire, ce serait trop facile.'   Régine Detambel

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



9910307

Michelle Fourez




- 1 -



Michelle FOUREZ
Adrienne ne m'a pas écrit
Luce Wilquin
93  pages
10  euros

12-09-2015

 

    Adrienne depuis qu'elle est veuve vit dans la solitude, son fils Augustin exilé aux Etats-Unis ne revient qu'épisodiquement. Friedrich est marié depuis de longues années avec Lisbeth et depuis le suicide de leur fils à 24 ans, ils se sont éloignés l'un de l'autre et le silence s'est installé entre eux. Friedrich est un musicien passionné et court de concert en concert. Un soir, il croise Adrienne qui lui parle de sa musique avec franchise, justesse et sans artifice. Quelques mots, et Friedrich est ému et troublé comme jamais, personne ne l'a jamais compris à ce point. Dès le lendemain, il ne se souvient que de sa voix et de ce qu'elle lui a dit, il lui écrit alors un mail et initie une longue correspondance (via internet, donc immédiate, à toute heure et sans intermédiaire), où chacun se dévoilera, où chacun apprendra à passer outre ses peurs et ses pudeurs, à comprendre l'autre puis à l'aimer, ils se créeront un espace commun et partagé loin du regard des autres : « Vous lire, vous écrire, savoir que toujours nous aurons quelque émerveillement à partager, telle est en ce bas monde ma seule consolation. ». De cette rencontre furtive et de ces nombreuses lettres jaillira un amour sublimé, l'amour par les mots est éternel, l'amour par les corps s'épuise et s'étiole. Autour du tryptique, solitude (« La solitude, oui, mais la grande liberté aussi. »), silence et musique Michelle Fourez réussit avec une grande douceur à greffer un amour franc, éternel, tendre et éblouissant, « Qu'un amour qui se nourrit de mots, un amour où l'on se parle vrai ne peut se tarir parce que le temps a passé, parce que les corps se sont abîmés. ».

Ecouter la lecture de la première page de "Adrienne ne m'a pas écrit"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture