'Mais le fric a un prix, lui aussi. Il veut toujours quelque chose en échange : ton temps, ta fatigue, et surtout un bon morceau de ta conscience.'   Silvia Avallone

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



10407427

Le Passage




- 16 -



Gilda PIERSANTI
Illusion tragique
Le Passage
236  pages
19  euros

04-11-2017

 

    Mario, dix ans, vit seul avec sa mère. Il passe beaucoup de temps avec son ami Riccardo notamment dans leur cabane secrètre près du fleuve. Un jour, Mario veut absolument lui faire partager ce qu’il a découvert. Les voilà partis sur la terrasse de son immeuble pour rejoindre une fenêtre où il a observé, Monsieur Ruper, le voisin du dernier étage. Un homme bien sous tout rapport. Enfin, après ce que Mario a découvert… Monsieur Ruper semble séquestrer une jeune femme dont il s’occupe avec une attention toute particulière… Mario a décidé d’agir mais il le regrettera longtemps, un moment de bascule dans sa vie, sans retour possible ! Un roman oppressant, subtile et habile, qui bouscule le lecteur entre fiction et réalité (« On referme vos livres et on se trouve sans repère… ») et naturellement mensonge et vérité (… le faux se part des vêtements du vrai… La réalité finalement n’est qu’une poupée russe. ») tout en lui parlant étonnamment d’écriture.

« Le pouvoir n’est souvent qu’une question de forme : il suffit d’en prendre la posture pour s’en sentir investi. »

« Une femme humiliée est une bombe à mèche lente ; si on l’oublie, elle peut s’éprendre de destruction comme elle s’était éprise d’amour. »

« Pour moi, la vérité a toujours été du côté de l’imagination. »


Ecouter la lecture de la première page de "Illusion tragique"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature étrangère Polar/Thriller

 


- 15 -



Jean-Paul DELFINO
Les pêcheurs d'étoiles
Le Passage
235  pages
18  euros

08-08-2016

 

    Les pêcheurs d’étoiles nous font un cadeau exceptionnel en nous permettant d’accompagner un temps un couple très singulier, deux monstres aujourd’hui, et pourtant à l’époque (années 20 à Paris), bien éloignés de la gloire, plutôt démunis (« Tout de noir vêtu, Satie avait des coquetteries d’homme du monde, mais des moyens de crève-la-faim. ») et mal fagotés ! Blaise Cendrars, colosse avec un bras en moins, est beaucoup plus jeune qu’Erik Satie et néanmoins les deux vont se lier d’une belle amitié construite autour du respect et de la tendresse, pas vrai « ma vieille » ? Les deux oiseaux partent à la rencontre des nuits parisiennes de la Belle Epoque pêcher leurs étoiles, et notamment recherchent une femme qu’Erik Satie a aimée il y a plus de trente ans et n’a jamais remplacée. Ils croisent le milieu artistique et intellectuel de ces années pas toujours tendre et notamment Jean Cocteau, « ce farfadet » qui ne sort pas grandi de ce texte. Cendrars est un poète touché d’une folie aimable qui raconte ses voyages, ses rêves, mais rêveur ou menteur, les rêves ne sont-ils pas des voyages ? Satie le suit sans retenue sur les chemins empruntés et parfois extravagants. Une paire d’acolytes attachante, pleine de fraîcheur et d’humanité. Une belle histoire d’amitié entre un pêcheur d’étoiles et un musicien de l’inutile, deux génies non reconnus à leur juste valeur, deux amoureux de la vie et de l’art, « on avait qu’une seule vie, et il fallait en profiter, brûler la chandelle par les deux bouts et s’offrir du plaisir, autant qu’on le pouvait, à chaque fois qu’il passait à votre portée. » Une très belle et inattendue rencontre !

« … ce n’est pas parce que l’on fréquente des cons que l’on est un con soi-même. On peut le devenir. Méfiez-vous. C’est un travers qui s’attrape sans que l’on ne s’en rende compte… »

« C’est comme les guerres. On veut bien que les mômes les fassent et, même, on est fier de les accompagner dans les trains de la mort en chantant La Marseillaise. Mais quand la vieille crevure vomit les gamins qu’elle a pas pu digérer, il se trouve plus grand monde pour les accueillir à la maison. Quand il leur manque en plus un œil ou une jambe, on préfère pas les voir. »

« Je crois que lorsqu’on meurt, on ne part pas tout de suite. On reste encore un peu, peut-être par nostalgie, peut-être pour régler ses dernières affaires ou pour s’excuser de la peine qu’on a pu faire aux gens. On a quitté son corps, c’est certain. Mais on volette toujours comme un moineau. »

« Le parfum le plus terrible, celui que rien ne pouvait masquer et qui s’accrochait à vous comme du lierre grimpant ou de la clématite à un mur, lui non plus n’avait pas disparu. C’était celui de la solitude et du désespoir. Celui qui vous rappelle que, quoi qu’il arrive, on se retrouve seul. Toujours. »


Ecouter la lecture de la première page de "Les pêcheurs d'étoiles"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 14 -



Isabelle KAUFFMANN
Les corps fragiles
Le Passage
140  pages
15  euros

31-07-2016

 

    Marie-Antoinette toute jeune enfant aidait gentiment chaque matin sa voisine atteinte de polyarthrite rhumatoïde et dès l’âge de 6 ans, elle s’est promise de consacrer sa vie à la santé des autres, de tous les autres. Marie-Antoinette fut en effet la première infirmière libérale installée à Lyon dans les années 50. Marie-Antoinette soigne évidemment les corps voire les âmes mais avant tout, les gens : « Ouvrir les yeux, et regarder les autres. » Dévouée, elle est disponible et sait établir une relation de confiance qui suscite les confidences, un abandon et un suivi efficace. Elle écoute, sait entendre les demandes même tues, calmer les peurs, appréhender les fragilités. Elle passe à l’infini d’un patient à l’autre, d’un corps à l’autre, d’une partie de corps à une autre, mais jamais elle ne se lasse de ce pouvoir de changer le monde à son échelle. Elle nous parle de ses patients, de leurs maladies, de leurs guérisons, de leurs corps, de la vision qu’elle en a. En outre, Marie-Antoinette vit l’évolution de la médecine mais reste du côté de l’humain, toujours : « Observer, surveiller, comparer sont essentiels. Surtout, ne pas devenir une simple exécutante. » Un superbe portrait d’une héroïne anonyme totalement dévouée à son métier et à son prochain, une vie au service des autres et d’une médecine humaniste.

« Au bout du compte, l’homme, aussi intelligent soit-il, se résume à une tête, un cou, deux bras, deux jambes, un dos, un ventre. »

« Mais il vaut mieux que les mots soient lâchés, sinon il ne reste que les regards. Et le silence, c’est déjà la mort. »


Ecouter la lecture de la première page de "Les corps fragiles"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 13 -



Olivier RASIMI
Le silence de la chair
Le Passage
318  pages
18  euros

05-03-2014

 

    Un nouveau virus, Animalia, affecte les hommes. Affaiblis, ils sourient puis meurent dans une béatitude heureuse. A Paris, au jardin des plantes, trois personnages entreprennent de sauver l’humanité. Jeanne est une scientifique rigoureuse, elle travaille au séquençage du génome des singes que le virus épargne. Elle rencontre Sheena, une petite femelle bonobo rejetée par les dresseurs qui a conservé toute son animalité. Jeanne recrute alors Zem, un homme étrange, vagabond admirateur des arbres, sorte de poète fou, pour les accompagner. Le lecteur est incité à s’introduire au cœur de chaque personnage, à endosser sa personnalité, éprouver ses sentiments et donc à partir avec eux à la recherche de la vérité, de sa vérité. Un premier roman singulier qui, de la genèse à aujourd’hui voire demain, offre trois portraits de personnages hors du commun, quelque peu éloignés du monde qu’ils veulent pourtant sauver.

Premier roman


Ecouter la lecture de la première page de "Le silence de la chair"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 12 -



Jérôme PRIEUR
Une femme dangereuse
Le Passage
20017  pages
17  euros

15-09-2013

 

    Le héros semble être arrivé au bout de sa vie. Pris dans une baïne, il est au bord de la noyade. Pourtant, il est sauvé par une femme. Ils font connaissance, pour la remercier, il lui demande ce qu’elle souhaite. Elle lui propose donc de partir à la recherche de Madeleine pour la tuer. L’homme accepte rapidement sans savoir s’il en sera capable mais « L’essentiel, c’est de jouer son rôle ». L’enquête débute, il part sur ses traces, découvre une à une les facettes de cette femme, son passé. Cette traque l’incite aussi à faire « un détour », à s’interroger sur sa propre vie. Voyage entre le passé et le présent alors que ses interrogations et rêves l’entraînent également vers le futur. Il rencontrera beaucoup de femmes, chaque femme contient le négatif d’une autre » qui le guide innocemment vers Madeleine. Un roman poétique émaillé de nombreuses références littéraires ou cinématographiques.

Premier roman


Ecouter la lecture de la première page de "Une femme dangereuse"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 11 -



Nathalie NOHANT
L'hypothèse des saisons
Le Passage
250  pages
18  euros

01-05-2013

 

    Ils sont trois, forment un trio bancale, où l’un observe et écoute les deux autres dans un premier temps. Observation de l'autre, de ses sentiments mais auto-observation également. Deux d’entre eux viennent de subir la fin d’un amour, une séparation. L’œil est perçant, l’attention ultime. Chaque mot frappe, chaque regard consenti est pesé. Puis le trio se forme, Jules et Jim peuvent l’accompagner et rejoindre l’Avventura, un café en bord de Marne. Confusion des sentiments, désir à fleur de peau renaît en prenant son temps avec comme idée récurrente, lancinante et obsédante, comment s’en sortir ?

Premier roman

"Les sanglots longs
Des violons
De l'automne
Blessent mon cœur
D'une langueur
Monotone.
"


Ecouter la lecture de la première page de "L'hypothèse des saisons"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 10 -



Carole FIVES
Que nos vies aient l'air d'un film parfait
Le Passage
125  pages
14  euros

04-08-2012

 

    Dans les années 80, une famille explose littéralement. Lors de vacances scolaires, le père rejoint la famille puis repart rapidement fondant une séparation qui a muri suite au comportement de son épouse. Chacun, les parents et la fille, révèlent sa vision de cette séparation, le fils ne s'exprimant qu'à l'ultime instant. Des versions différentes, des ressentiments différents, des décisions irrémédiables, cette période les marque à jamais. Et évidemment, les parents se déchirant, le lien entre le frère et la soeur n'en devient que plus prégnant et ce texte témoigne de la place prépondérante occupée par l'amour fraternel au coeur du traumatisme de la séparation familiale.

Premier roman


Ecouter la lecture de la première page de "Que nos vies aient l'air d'un film parfait"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

 


- 9 -



Fabrice HUMBERT
Avant la chute
Le Passage
280  pages
19  euros

14-07-2012

 

    Après « La fortune de Sila », Fabrice Humbert continue de dresser le portrait de notre société contemporaine en croisant trois destins si éloignés et pourtant si proches. La mondialisation a réduit notablement les distances entre les pays, resserré leurs liens et lissé leurs différences. En Colombie, la famille Mastillo survit sur un lopin de terre et accepte contraint de travailler pour des trafiquants de drogue, tandis qu’au Mexique, le sénateur Fernando Urribal, proche du pouvoir, règne en maître omnipotent et intransigeant sur un domaine. Enfin, dans une cité française, le jeune Naadir, brillant élève atypique, observe avec détachement les dérives de ses proches et de ses voisins. Les trois personnages voient leur existence basculer, et malgré leur volonté, leur envie forcenée de vivre, la violence de la société mondialisée n’en épargnera aucun. Même Urribal, image d’un pouvoir fort et intégré à la société, verra la roue tournée et son existence bouleversée. Trois chutes qui s’unissent face à l’ivresse effrénée du pouvoir. Fabrice Humbert avec une grande maîtrise narrative montre qu’ici ou ailleurs la mondialisation induit les mêmes conséquences, la même violence et que les destins de tous sont corrélés : « Les destins se mêlaient, à différentes échelles, l’invraisemblable fourmillement de l’activité humaine tissant un lien fatal : le monde les embrassait tous ».

« Trouver un endroit, trouver un lieu. C’est un peu ça, la vie, non ? »


Ecouter la lecture de la première page de "Avant la chute"    Get Adobe Flash player

Thème(s) : Littérature française

Les titres de Fabrice Humbert lus par Vaux Livres

 


- 8 -



Bertrand LATOUR
La deuxième vie de Victor Hurvoas
Le Passage
342  pages
18  euros

24-06-2011

 

    Victor a une belle vie, accomplie, autant sur le plan personnel que professionnel. Médecin reconnu, il vient de soigner le Chef suprême coréen. Il est riche, beau, un couple épanoui, deux enfants magnifiques. La cinquantaine approche, déclic ? Il abandonne, cette vie n’est pas la sienne, il quitte tout et décide enfin de réaliser tous ses rêves et fantasmes, et la liste est longue ! Le lecteur interloqué, amusé, souvent intéressé, assiste alors à leur réalisation, du plus simple au plus extravagant. Il part enfin à la rencontre des autres, de la différence mais surtout dans une quête plus personnelle que le lecteur découvrira à la fin de ce récit.

« … Victor comprit pourquoi et comment le mot "révolution" résonne plus longtemps dans des estomacs vides. Il comprit que lui et ses problèmes de riches n’avaient pas leur place ici. »

Thème(s) : Littérature française

 


- 7 -



Fabrice HUMBERT
La fortune de Sila
Le Passage
317  pages
18  euros

26-08-2010

 

    Sila vit en Afrique lorsqu’un article affichant la richesse assumée d’un financier américain l’interpela. Quelques mésaventures le motivent à partir vers cet eldorado et sa belle étoile le mène à Paris où il se retrouve serveur dans un prestigieux restaurant. Elégant, habile, discret, il remplit sa tâche avec réussite jusqu’au soir où, demandant à un enfant de regagner sa place, le père, Mark Ruffle, un américain en visite, se leva, lui boxa le visage en lui cassant le nez. La salle resta inerte et ne réagit point mais cet évènement s’inscrivit au plus profond d’eux-mêmes et dans leurs destins. Ce fait inaugural permet à Fabrice Humbert de reprendre le destin de ces personnages, citoyens du monde de l’argent : Mark Ruffle, fils à papa, athlète raté, roi des célèbres « subprimes » et financier sans scrupules accompagné de sa femme Shoshana, sorte de poupée Barbie que cet évènement bouleversera et réveillera, Lev Kravchenko, conseiller de Boris Eltsine, oligarque accompli, qui s’est très vite adapté au monde capitaliste et a abandonné ses grandes idées humanistes contrairement à sa femme Elena, universitaire reconnue, Matthieu et Simon deux traders alors au sommet de leur « art ». Ces personnages tourneront autour de Sila (« Sila n’attendait rien de personne – ni de la vie d’ailleurs. Il n’était jamais dans la projection, l’envie, l’espoir – il vivait. Talent rare. ») comme des vautours, sorte d'animaux avides d’argent, souhaitant toujours plus, sans véritable but, le combat sera rude, ses conséquences terribles et la chute vertigineuse. Cette fuite en avant représentative de notre société ne pouvait perdurer… A travers cette série de personnages emblématiques, Fabrice Humbert dresse un portrait réussi de notre société mondialisée où l’argent devenu roi et la recherche du bonheur sont devenus à ce jour intrinsèquement liés.

« Sila considéra pendant quelques temps son nouveau patron avec reconnaissance – après tout, il aidait un sans-papiers – jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il était seulement exploité et payé la moitié du smic, sans charges patronales de surcroît. Bref, il coûtait quatre fois moins cher qu’un Français. Cela dit, Sila s’habitua à son métier. Il devint un parfait sans-papiers, recommandable à tous égards. »

« Dans la vie, le problème, c’est de se réinventer. De devenir un autre être. D’autant que lorsqu’on cherche à se réinventer, le vrai travail se produit, celui de la perpétuation, la puissante force qui pousse à être toujours soi-même, de sorte que les métamorphoses se nouent et se dénouent pour arriver au terrible constat : nous sommes toujours nous-mêmes mais plus profondément. »

Thème(s) : Littérature française

Les titres de Fabrice Humbert lus par Vaux Livres

 


- 6 -



Hélène BONAFOUS-MURAT
L'ombre au tableau
Le Passage
300  pages
18  euros

03-09-2009

 

    Gilbert et Gérard sont deux frères totalement différents, opposés qui se sont éloignés l’un de l’autre depuis la disparition de leur mère. Gilbert est professeur d’histoire de l’art, séducteur invétéré alors que le second est solitaire et obèse. Lorsque Gérard se retrouve en cavale avec de lourds soupçons de détournement de mineur qui pèsent sur lui, Gilbert décide de partir sur ses traces accompagné de l’une de ses collègues. Le voyage que Gérard entreprend est double : voyage vers son frère et dans le passé (ils retrouvent les lieux où ils pensent que son frère aimerait s’isoler) mais aussi voyage artistique puisque Gérard est totalement imprégné par les personnages des tableaux des frères Le Nain et notamment par Isaac, le cinquième frère énigmatique des Le Nain. Deux voyages qui s’entremêlent pour mieux se rapprocher à l’image des personnages de ce roman à l’écriture affirmée dans lequel il ne manque qu’un détail, un tableau des Le Nain !

Thème(s) : Littérature française

 


- 5 -



Maïté BERNARD
Monsieur Madone
Le Passage
153  pages
14  euros

22-12-2008

 

    Clémentine a parcouru le monde et ses photographies parues dans divers magazines et revues en témoignent. Jusqu’à sa rencontre avec Monsieur Madone. Coup de foudre. Vie à deux, partage, amour, symbiose. Monsieur Madone est un ancien militaire et ses campagnes ont marqué son corps, la maladie ne l’oublie pas et à trente huit ans, plutôt qu’un dernier combat désespéré et perdu d’avance, il choisit de partir, de quitter le monde et Clémentine, proprement, quand il l’a décidé. Clémentine pourtant son double n’a pas senti venir ce choix ultime. Le vide l’aspire, elle ne peut vivre, oublier et quitter Monsieur Madone. Chaque geste, chaque pensée, chaque rencontre le rendent toujours plus présent (« Mademoiselle Le Flohic, je ne peux vous guérir de vos émotions »). Cinq après, elle retrouve sa belle famille et particulièrement son beau frère qui n’a pas pu ou su combler non plus ce vide. Pas à pas, mot à mot, ils vont s’ouvrir, se raconter. Enfin, ils acceptent de parler de Monsieur Madone, d’esquisser un sourire en pensant à lui, d’évoquer leurs sentiments, leur incapacité à se consoler, à être consoler. Des confidences faites de pudeur et de retenue qui leur permettront peut-être de regagner le camp de la vie.

Thème(s) : Littérature française

Les titres de Maïté Bernard lus par Vaux Livres

 


- 4 -



Valérie TORDJMAN
Une fraction de seconde
Le Passage
124  pages
14  euros

25-08-2008

 

    Que du texte mais un texte ``photographique’’ sous la forme de trente six poses, trente six négatifs du photographe Enguerrandt (« Il a un sale métier, le plus beau métier du monde, même si quelques-uns le pratiquent comme le plus vieux métier du monde. ») qui, retenu en otage, en profite pour tirer le bilan de sa carrière débutée en 1968 mais aussi de son métier. Photographe ou photographe de guerre ? Ses photos, ses shoots le hantent dans sa cellule. Salaud ou témoin ? Coupable ou témoin ? Engagement ou aveuglement ? Photographe ou guerrier ? L’art est-il le grand absent de ces clichés ? Comment peut-on continuer à vivre devant ces terrifiantes images ? Jusqu’où la honte est-elle supportable ? A quelle lignée de grands photographes appartient-il ? Les nouveaux photographes ont-ils les mêmes préoccupations, les mêmes attentions, les mêmes scrupules que leurs aînés ? Un roman hommage à un homme et à ses doutes, à un métier au cœur de notre actualité depuis longtemps hélas…

« Un photographe montre le réel à hauteur d’homme : à force de tout regarder, on ne peut plus se regarder, dit Enguerrandt. Etre un salaud, il sait. L’horreur des hommes qui sont comme vous, ont des yeux, des pieds et des mains, des père et mère, est sans fond ; et c’est terrifiant. »

Thème(s) : Littérature française

 


- 3 -



Fabrice HUMBERT
Biographie d'un inconnu
Le Passage
175  pages
15  euros

20-03-2008

 

    Thomas d'Entragues aurait voulu être écrivain et il n’est que nègre pour le compte d'anciens sportifs ou autres vedettes en mal d’autobiographie. Depuis vingt ans, Thomas demeure dans l'ombre de ces sujets d’écriture. Son premier roman n’a jamais trouvé d’éditeur et il se contente de copier la vie des autres : « Vous écrivez bien, parait-il. Biographies, autobiographies, vous reprenez les vies, vous les refaites, vous les arrangez. Je me contente de les réécrire, dis-je, un peu surpris de sa présentation. Sur le fond, je ne change rien. Une vie est une vie. ». Un jour, son éditeur lui fait rencontrer Victor Dantès, homme d'affaires au parcours singulier, qui lui confie plus qu’un livre (« Faites moi sa biographie et donnez-moi ainsi ma part manquante ») : écrire sur son fils, Paul Moreira-Dantès disparu aux Etats-Unis où il était parti pour adapter au cinéma le roman de Céline, "Voyage au bout de la nuit". Thomas part sur ses traces, provoque les mêmes rencontres que lui, et esquisse progressivement un portrait d'un homme insaisissable. En parallèle de cette quête, la vie de Thomas apparaît avec son isolement, ses doutes et échecs. Peu à peu, il se sent proche de Paul, de ses dérives et de sa chute, et une certaine connivence les relie, double quête d’identité. En découvrant Paul, Thomas se découvre aussi jusqu’à la rencontre des deux hommes. Une enquête parsemée de nombreuses références littéraires qui baigne dans une mélancolie attachante.

Thème(s) : Littérature française

Les titres de Fabrice Humbert lus par Vaux Livres

 


- 2 -



Maïté BERNARD
Et toujours en été
Le Passage
259  pages
16  euros

19-08-2007

 

    Thomas exilé argentin a deux filles : Ilona dont la mère est décédée sous la dictature en Argentine et Malena née en France suite à sa rencontre avec sa seconde femme. Il vit dans le sud de la France près de Sète jusqu’à ce que des policiers surgissent chez lui pour l’arrêter pour un meurtre qu’il aurait commis en Argentine presque trente ans plus tôt. Thomas se cache et décide de partir vers l’Espagne en vélo en suivant le canal du midi. Ses filles l’accompagnent dans cet ultime voyage. Alternent alors les chapitres narrant la cavale le long du canal où le calme, la sérénité, la beauté paisible de l’environnement propices aux confidences et ceux revenant sur le passé de la famille et la recherche de la vérité sur des événements ayant bouleversé à jamais la vie des hommes les ayant vécus. Le contraste des ambiances de ces deux récits renforce l’attachement du lecteur à cette destinée tragique.
Premier roman

« La peur ne s’apprend pas et respirer non plus, pourtant on sait faire »

« Il faut être très orgueilleux ou très naïf ou très bête pour croire qu’on choisit sa vie. On fait comme on peut avec ce qui nous arrive. - Tu as quand même choisi de te battre contre une dictature. - Bien sûr que non. Les circonstances vous font, d’abord et avant tout. Nous on ne fait que réagir. »

Thème(s) : Littérature française

Les titres de Maïté Bernard lus par Vaux Livres

 


- 1 -



Franck THILLIEZ
La mémoire fantôme
Le Passage
430  pages
21.5  euros

23-07-2007

 

    Lucie Hennebelle que certains lecteurs ont déjà rencontré dans « La chambre des morts » s’apprêtait à passer une soirée tranquille lorsque Manon débarqua dans sa vie. A bout de souffle, des traces de cordes aux poignets, des scarifications récentes et anciennes sur le corps. L’une d’elles annonce « Pr de retour ». Inquiétude : le Professeur il y a quelques temps a rencontré pour son plus grand malheur la sœur de Manon. Pour couronner le tout, Manon n’a pas de mémoire. Quelques instants, et elle oublie tout, absolument tout ce qui n’est pas pour faciliter la tâche de Lucie. Même les visages disparaissent de la mémoire de Manon y compris celui de Lucie. Seul son N-Tech lui permet au jour le jour de noter ses activités, ses rencontres, ses impressions... et de simuler une ébauche de mémoire. Son frère omniprésent l'épaule aussi dans cette épreuve. Pourtant Manon est une ancienne mathématicienne et conserve toutes ses capacités de raisonnement. Les victimes vont s’enchaîner les unes après les autres. Six victimes scalpées et torturées, et toujours des messages comme un problème mathématique à résoudre. Lucie est persuadée que Manon est au centre de cette énigme et que c’est par elle que l’on découvrira qui est le Professeur. Comme d'habitude chez F. Thilliez, cette enquête révèle aussi une facette de l'histoire personnelle de l'enquêteur : elle permettra ici à Lucie d'extérioriser ses démons et de tourner définitivement une page de sa vie en acceptant son passé. Encore du grand Thilliez (pour ceux qui ne l’ont pas encore découvert, si vous aimez le suspense et une intrigue oppressante et obsédante, Deuils de miel est toujours chez Vaux Livres !).

Thème(s) : Littérature française Polar/Thriller

Les titres de Franck Thilliez lus par Vaux Livres

 


Nouvelle consultation des comptes-rendus de lecture





- Piersanti - Delfino - Kauffmann - Rasimi - Prieur - Nohant - Fives - Humbert - Latour - Humbert - Bonafous-Murat - Bernard - Tordjman - Humbert - Bernard - Thilliez