'La guerre n’est pas un récit, c’est une impuissance à vivre, à parler, à écrire.'   Cathie Barreau

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



Vaux Livres - Le livre du mois

Juin - Septembre 2012


Olivier ADAM - Le coeur régulier







L'auteur

Olivier Adam est né en 1974 et vit maintenant en Bretagne. Il publie des romans pour les adultes et la jeunesse et a été plusieurs fois primé. Plusieurs de ses romans ont été adaptés au cinéma et il est également scénariste.



En librairie

Nous vous proposons cinq romans et vous trouverez ci-dessous les résumés des trois derniers que nous avons lus. Olivier Adam caractérise ses personnages ainsi : « Mes personnages sont toujours des gens qui sont tout près de tomber et qui se relèvent. ». Ils révèlent tous en effet une fragilité marquée, affrontent une réalité pesante mais ne sombrent jamais. Nous ajouterons la liste des thématiques récurrentes qu’Olivier Adam sait traiter avec retenue et émotion : la fraternité, l’enfance, la difficulté à connaître ses proches, la vie de gens simples, l’absence, la mort subie ou volontaire, la mer, le vent et les embruns…


"Le coeur régulier"

Sarah, la narratrice, part au Japon après le décès de son frère Nathan. Enfants, ils étaient très liés, il était son double, unis face à leurs parents, toujours à la recherche de leur liberté. Mais seul Nathan persévèrera dans cette voie, Sarah adoptant une vie plus conventionnelle. La mort de son frère trouble cet ordre établi et l’incite à partir sur ses traces afin d’expliquer cette disparition et de déterminer si son frère s’est suicidé comme il l’a déjà tenté dans la passé. Elle se retrouve dans un modeste village japonais, au pied des falaises, où moult désespérés viennent mettre fin à leur vie. Elle le cherche, elle le sent, le suit mais il s'échappe toujours et encore. Nathan prétendait avoir retrouver la paix et la sagesse dans ce pays atypique et auprès d’un certain Natsume. Cet homme se dévoue totalement à ces désespérés et tente de les sauver puis de les remettre patiemment dans le chemin de la vie. « Vu de loin on ne voit rien » disait Nathan mais « vu de près » non plus selon Sarah ! En effet, ce voyage en l’éloignant de son foyer, en la confrontant à l'ambiance et la culture japonaises et en la rapprochant de son frère l’éclairera dangereusement ("Je m'étais tellement trompée") sur sa vie, son mal être, ses proches, ses attentes mais aussi sur Nathan ce frère assoiffé d'amour qu’elle croyait connaître. Nathan avait trouvé en Natsume sa béquille alors que Sarah, qui s’occuperait d’elle ?


"Des vents contraires"

Paul Anderen porte à bout de bras ses deux jeunes enfants depuis que sa femme Sarah a disparu. Chaque nouvelle journée est un combat, et Paul s’épuise. Pour survivre, il quitte sa maison pour retourner sur les lieux de son enfance à Saint-Malo auprès de son frère et de sa belle-sœur. Le père et ses enfants demeurent déboussolés, chacun à sa manière. Le père est dévasté mais ses sentiments pour ses enfants, son rôle de père insufflent une dernière "brise" de vie. La petite appelle sa mère désespérément, le petit se replie sur lui-même et Paul pourtant au fond du gouffre tente de les protéger tout en espérant les ramener vers la vie. Mort ou disparition, le doute est pesant. Le trio se soude malgré les questions incessantes et émouvantes des petits : « Tu crois qu’elle est morte, maman ? », « Si elle est morte on a qu’à mourir tous les trois comme ça on sera avec elle ». L’absence de Sarah reste une obsession qui les rapproche pour tenter de se reconstruire quelque soit l’issue de cette disparition. Ce retour est également émaillé par de multiples rencontres de personnages tous plus ou moins brisés par la vie et malgré l’épreuve terrible que subit Paul et son désespoir, il n’a rien oublié de son humanité et de sa fraternité et il saura leur venir en aide si nécessaire. Ce retour sur les lieux de son enfance est aussi prétexte à se remémorer son passé et son sentiment d’inutilité et d’infériorité.


"Falaises"

Comment peut-on vivre ou mal vivre après le suicide d’une mère malade ? Rapide, dur, enlevé qui montre la survie de deux frères (8 et 13 ans) auprès d’un père violent. Les frères suivront des voies différentes. Pour le narrateur, l’aide de sa femme Claire et de Chloé sa petite fille permettront d’espérer une reconstruction « rester en vie a longtemps été pour moi une activité à plein temps ». Triste et beau à la fois.



Bibliographie (hors littérature de jeunesse)

2000 : Je vais bien, ne t'en fais pas
2001 : A l'ouest
2002 : Poids léger
2004 : Douanes
2004 : Passer l'hiver
2005 : Falaises
2007 : A l'abri de rien
2009 : Des vents contraires
2010 : Le coeur régulier


Vous pourrez trouver en magasin

1. Le coeur régulier
2. Des vents contraires
3. Falaises
4. A l'abri de rien
5. Je vais bien, ne t'en fais pas



Mentions légales