'Une maman c’est bien suffisant, quelquefois même c’est trop.'   William Saroyan

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 

 
 



Vaux Livres - Le livre du mois

Novembre 2005



René-Guy Cadou - La maison d'été



Pour ce troisième rendez-vous, Vaux Livres vous propose "La maison d'été" de René-Guy CADOU paru en 1955.



"La blanche école où je vivrai
N'aura pas de roses rouges
Mais seulement devant le seuil
Un bouquet d'enfants qui bougent."



Tout d'abord quelques mots sur cet auteur éphémère mais qui marqua la littérature française. René-Guy CADOU est né en 1920 à Sainte-Reine de Bretagne : il adule la Grande Brière pays de marais au nord de l'estuaire de la Loire. Cette aire sauvage deviendra son jardin poétique. Son œuvre est marquée par les hommages à la nature, au monde végétal en particulier, aux anonymes et aux humbles, à la vie simple et à l'amitié.
Au contact de Max Jacob et de Guillevic, il découvre la poésie et trace sa propre voie entre le romantisme et le surréalisme, les deux courants forts du moment. En 1932, la mort de sa mère à 40 ans le marque profondément ce qui transparaitra dans son œuvre. En 1943, il rencontre Hélène qui deviendra sa femme et l'inspiratrice immortalisée d'"Hélène ou le règne végétal". Cette même année, avec quelques amis poètes, il fonde l'école de Rochefort. En 1945, il est nommé instituteur à Louisfert et malade, il meurt précocement le 20 mars 1951 : "Continuez. Le temps qui m'est donné que l'amour le prolonge".

"La poésie est affaire de cœur, de muscles et de poil."

"La maison d'été" est son seul roman, roman poétique tant la prose est belle, sensible, délicate. René-Guy Cadou y évoque l'écartèlement d'un homme entre la campagne image de la pureté et la ville et sa solitude. Gilles revient sur les pas de son enfance et retrouve Bertine sa nourrice. Il devient journalier chez un fermier, prétexte pour nous décrire la vie rurale dans son ensemble : les hommes et les travaux de la terre, le monde végétal, la faune… René-Guy Cadou est amoureux de ce peuple anonyme et de son environnement et il le fait ressentir simplement et délicatement. Après un retour en ville et la rencontre d'une jeune violoniste, la campagne est là, pesante, pressante et attirante.

"Il est à peine six heures. Déjà le soleil promène sa langue sur les chaumes".


René-Guy Cadou, La maison d'été, Le Castor Astral
René-Guy Cadou, Poésie la vie entière, Oeuvres poétiques complètes, Seghers
Hélène Cadou, Une vie entière, René-Guy Cadou la mort, la poésie, Editions du Rocher



Mentions légales